Économiser quand on passe au zéro déchet – ou viser l’écolonomie

« Oui mais le zéro déchet, ça coûte cher »

En fait, ça dépend. C’est une question de choix, de priorité, de capacité à un moment donné et de vision à plus long terme. Tendre au zéro déchet doit se faire selon un tas de conditions, propres à chacun d’entre nous. C’est tenter de vivre mieux, avec moins ; de produire moins de déchet en éliminant, réutilisant et fabriquant moi-même un certain nombre de choses. Cela demande un peu d’auto-discipline et de planification préalable.

Il ne s’agit pas d’acheter neuf à tout va pour remplacer tout ce qui n’est pas totalement ZD dans notre quotidien. C’est trouver des alternatives « vertes » et durables pour les choses qui nous sont nécessaires et dont les versions antérieures pas vraiment eco-friendly nous lâchent.

Ce n’est pas une question d’assouvir toutes nos envies mais nos besoins.

Et parfois quelques petits plaisirs dont on n’a vraiment pas envie de se passer. Par exemple, mes enfants aiment boire avec des pailles. En ont-elles vraiment besoin ? Plus maintenant ! Elles sont assez grandes que pour boire au verre. Même chose pour moi et mon mojito en été. Mais c’est un vrai plaisir ! Investir dans des pailles en inox de qualité nous évite de racheter des pailles plastique pas saines ni des pailles papier franchement dégueu.


Faire plus avec moins

Avant d’acheter quelque chose de neuf, regardons ce que nous avons déjà et comment nous pourrions le détourner. Si on peut se passer de l’achat, bingo ! Si pas, prenons le temps de trouver une alternative intelligente et efficace écolonomiquement parlant.

J’ai pu progressivement éliminer de la maison de nombreux produits divers : nettoyants, papier alu, film étirable… Cette transition me fait maintenant gagner du temps, de l’argent et de l’espace dans la maison (si vous me suivez sur Instagram*, vous savez comme j’adore désencombrer)

Je fais bon nombre de mes produits d’entretien moi-même. On peut aller loin si on a du vinaigre, du bicarbonate et du savon de Marseille !

Mes contenants plastiques ont progressivement disparu : j’utilise pour stocker mes restes, au frigo comme au congélateur des bocaux de récup’ : réutilisation des bocaux à confiture ou à sauce ou achat sur les marchés (croisons les doigts pour cet été) ou en ressourcerie de bocaux de stérilisation. Cela me permet également de ne plus acheter de papier alu ou fraicheur.

Les vieux t-shirts ou draps de lit abimés deviennent des loques à relokter (clin d’œil à William Dunker que ma grand-mère aimait beaucoup)

Bref j’évite de jeter quand je peux ce qui m’évite de racheter !


Deuxième main

L’un des moyens les plus efficaces d’économiser de l’argent pour les choses dont on ne peut se passer, tout en éliminant le gaspillage, consiste à acheter des biens d’occasion, en seconde main.

J’ai longtemps eu une appréhension par rapport à cela : la peur d’être jugée. Mais aujourd’hui je m’en moque. Mon esprit, ma conscience et mon portefeuille ne s’en sortent que mieux.

J’achète la plupart de mes livres et la majorité de mes vêtements en seconde main. Même les converses dont je suis fan (rien de tel que la pierre d’argile et le percarbonate pour rénover une paire qui fait grise mine). C’est également beaucoup moins de culpabilité pour ces petits plaisirs coupables :D

Idem pour les enfants ; Elles grandissent très vite, n’ont souvent, heu, parfois, pas l’occasion d’abimer leurs vêtements.

Alors non seulement vous pouvez économiser de l’argent, mais vous pouvez également en gagner, en participant vous-mêmes au cycle de la seconde main. En janvier, je désencombre mon dressing ; en décembre c’était la cuisine. Je mets à profit les réseaux sociaux, les marketplaces en tout genre et les applications dédiées après avoir proposé autour de moi les choses en bon état mais dont je n’ai plus usage.

Réparer

Réparer est un excellent moyen de prolonger la durée de vie des objets que vous possédez, de réduire les déchets, de réduire le nombre de nouvelles choses à fabriquer et d'économiser de l'argent.

Les pièces de rechange se trouvent facilement dans certains magasins spécialisés ou certains sites dédiés (j’ai vu sur internet un jeune entrepreneur qui s’est lancé en proposant les pièces manquantes de vos jeux de société – j’ai trouvé ça totalement génial !)

Il existe des tonnes de tutoriels sur YouTube ou on peut encore trouver des réparateurs sérieux et professionnels qui vous dépanneront. Ce qui coutera moins cher que l’achat d’un électroménager neuf.

Les repair cafés ont dû se mettre en pause l’année dernière, j’espère qu’ils pourront redémarrer bientôt, c’est une mine d’or ! Non seulement on évite le gaspillage mais c’est un très chouette projet de collaboration et de partage de compétence.


Tenez compte du cout à long terme

Si vous envisagez de remplacer un article par une version plus écologique, prenez un moment pour réfléchir au coût global de celui-ci, pas seulement au coût momentané.

Le cout initial d’une alternative durable nous fait parfois hésiter. Mais il faut prendre en compte sa durée de vie. Par exemple, une simple boite à tartine en grande surface coute en moyenne 5€. Ce sont celles que j’ai utilisée pour Fée #1 au début. La première a cassé très vite au niveau du clip de fermeture. La seconde, l’autocollant sur le couvercle a pelé au bout de quelques semaines et elle n’en voulait plus. C’était moche et miteux. La 3e est tombée sur un coin qui s’est cassé. En quelques mois, j’étais sur le point de racheter la 4e boite, soit 20€ environ et beaucoup de déchet, pour un contenant pas vraiment sain ni résistant. C’est là que m’est venue l’idée de la gamme inox, quand je n’ai pas trouvé exactement ce que je cherchais. Les fées ont maintenant leur boite en inox depuis 2 ans. Elles sont solides et toujours en parfait état malgré quelques griffes légères d’usure. Je n’ai aucune inquiétude quant à la composition du contenant, qui durera encore des années et au pire, peut être recyclé en fin de vie. Le cout de 25€ a déjà été amorti – sans déchet et sans risque.


Mais une fois encore, chacun à son rythme, selon ses besoins et ce qui lui est possible de faire. Rome ne s’est pas faite en un jour, notre cheminement non plus. Mais un pas après l’autre, on sauve la planète en prenant soin de soi


Economiser en réduisant le gaspillage alimentaire

Si on prend toute la chaine alimentaire, de la production à l’assiette, c’est 173kg de perdu par personne, par an. C’est environ la moitié directement jetée par les particuliers dans leur poubelle. En moyenne, une famille belge jette pour 300€ de nourriture chaque année !

En dehors de l’aspect économique de cette perte, il faut prendre également en compte l’énergie nécessaire à la production, l’eau utilisée, le transport et le packaging. C’est un vrai crime contre l’environnement !

Comment faire alors ?

Faire un inventaire ! il y a de grandes chances que vous ayez déjà un fameux stock (pensez : frigo, congélateur et armoires). Servez-vous-en comme base pour l’élaboration de votre menu de la semaine/du mois

Loin des yeux, loin du cœur. Pensez à contrôler les étagères plus hautes, ou tout en bas, ce qui est tout dans le fond… On a tendance à oublier et ne pas utiliser ce qu’on ne voit pas.

On l’a survolé plus haut, voilà la planification des repas. On utilise en premier ce qu’on a de stock et les produits les plus périssables.

On se sert de plus petites portions dans les assiettes (que l’on peut prendre plus petites aussi). On se re-sert au besoin, mais on évite de remplir son plat. Ce qui reste dans la casserole peut être mangé le lendemain, les fonds d’assiette, un peu moins….

S’il vous manque quand même des ingrédients, préparez votre liste de course et tenez-vous-y ! C’est plus facile en allant faire ses courses l’estomac plein ; on se laissera moins tenter.

On avait discuté de ceci dans un article précédent, mais apprenez à considérer les restes comme des ingrédients : pour une soupe, une sauce, un garnissage de quiche…. Ça vous évitera d’avoir l’impression de toujours manger la même chose 😉


Abandonner les objets à usage unique en cuisine

La cuisine est l’endroit qui génère le plus de déchets quotidiens. C’est aussi là qu’on peut faire des économies faciles.

En transition, utilisez ce que vous avez déjà ! Plutôt que d’acheter plein de nouveaux pots en verre, contenants en tout genre… Réutilisez les bocaux ! Cornichon, confiture, sauce ou passata. Ces bocaux peuvent vous servir facilement pour vos courses en vrac et pour le stockage à la maison. Même au congélateur (pensez à laisser 2cm pour permettre la dilatation et ne fermez le couvercle qu’une fois que c’est bien gelé).

Pour les produits secs, on peut continuer d’utiliser nos conteneurs en plastique : morceaux de sucre, légumineuses, … à température ambiante.

Le film plastique/fraicheur est totalement superflu en plus d’être cher. Utilisez vos bocaux ou placez simplement une assiette par-dessus pour le frigo.

J’avoue avoir encore des sacs congélation en plastique. Que je réutilise plusieurs fois après les laver à la main. Si j’y ai juste stocké des tranches de pain au congélateur, il n’y a aucune raison de ne pas encore en profiter. Quand ma réserve sera vide, j’ai entendu de bons échos d’utiliser une taie d’oreiller pour le pain…

A bannir aussi : le papier alu et le papier cuisson.

Au four, au lieu de recouvrir les aliments de papier d'aluminium, placez une lèchefrite par-dessus, ou utilisez un plat avec couvercle. Le papier sulfurisé peut être remplacé en huilant ou en farinant simplement votre plaque à pâtisserie.


Une cup (girls only)

Passer des tampons à la coupe menstruelle permet de faire beaucoup d’économies ! Plutôt qu’un objet à usage unique, la cup est réutilisable et peut avoir une durée de vie jusqu’à 10 ans selon les marques. On a estimé qu’une femme utilisera en Moyenne 17 000 produits sanitaires jetables dans sa vie. Sans parler des composants franchement douteux présents dans les tampons et serviettes « classiques ».


À vous de jouer !

Quels sont vos trucs et astuces pour économiser de l’argent tout en éliminant le gaspillage ? Pensez vous qu’il y a des alternatives réutilisables qu’il est nécessaire d’acheter ? Attention cependant au greenwashing... Certains (surtout les grosses corporations) surfent sur la vague et se font passer pour plus verts qu’ils ne sont…



* www.instagram.com/emi_fees_maison/

0 views0 comments

Recent Posts

See All